the new start

the new start

L'article du mois

My human challenge: Devenir une meilleure version de soi #1

Creative People: Quentin Renouf, chanteur à l'âme Folk




Aujourd'hui je reviens pour un second volet de la rubrique "Creative People" que j'avais à tord négligemment mise de coté il y a quelques temps. 
Depuis que je suis arrivée à Rennes il y a sept mois de ça, j'ai eu l'occasion de découvrir de nombreuses personnes avec des projets professionnels très intéressants seulement je n'ai pas pris le temps de les mettre en lumière jusque là. 
Quentin est l'une d'elles, nous nous sommes rencontrés via l' Asso "Le Rennes des Blogueurs"  car il recherchait des influenceurs travaillants la video pour promouvoir ses morceaux. Son projet artistique m'a plus, ses titres aussi. Je vous le présente aujourd'hui à travers un interview illustré par ses photos. 


Présentes toi en quelques mots? 

Je m’appelle Quentin, j’ai 23 ans, je vis près de Caen et je suis un auteur/compositeur/interprète folk, acoustique, pop-rock, alternatif et indépendant.

 Depuis combien de temps joues-tu de la musique?

J’ai commencé la musique avec comme instrument de prédilection une guitare sèche à l’âge de 11 ans aux côtés de mon frère et de manière autodidacte.


 Comment as-tu eu le déclic? Quand as-tu décidé que tu voulais en faire ton métier? 

Lors que nous étions jeunes, moi et mon frère devions supporter la musique que ma mère mettait lors de nos trajets en voiture. Mon père nous faisait également écouter des groupes sur Vinyles tels qu’ACDC, The Cure…ça m’a sûrement aidé. Créatif de nature, j’ai toujours su que je voulais faire un métier artistique mais je ne savais pas que ça serait musicien. Lorsque j’ai commencé à comprendre que c’était mon rêve, je n’avais pas confiance en moi, je ne croyais pas en mes capacités. En grandissant, je me fais davantage confiance, je sais maintenant que je veux consacrer ma vie à la réussite de ce projet, j’en suis capable et je sais que j’ai ça en moi.

 Quel a été ton parcours?

J’ai appris tout seul dès l’âge de 11 ans en décortiquant les tablatures des groupes américains Pop-Punk diffusés dans mon jeu vidéo de l’époque, Tony Howk. Vers 13/14 ans, j’ai pris 4 années de cours en école de musique et j’ai commencé à apprivoiser les styles folk et acoustique grâce au guitariste « Josh Farro » du groupe Paramore. Il est devenu ma première grande influence musicale pour son interprétation des titres « When It Rains » et « Brick By Boring Brick » en live acoustique. A 17 ans, j’ai intégré un groupe de Pop-Rock que j’ai quitté rapidement pour créer seul et trouver ma propre identité. En 2014, mon grand-frère alors parti travaillé à Los Angeles pour le label « Epitaph Records » m’a envoyé en avant-première le premier album « CLOUDED » d’un de leurs groupes, This Wild Life. C’est devenu le moteur de mon inspiration et l'élément clé de ma couleur musicale. Aujourd’hui, mon projet folk/acoustique est né par tous ces moments de vie. Il est sincère, honnête, doux et rêveur.


 As tu une démarche, une façon particulière d’aborder ton travail?

Je suis quelqu’un d’assez introverti, je n’ai pas vraiment d’ami(e)s et c’est encore le cas aujourd’hui. Je me souviens qu’au cours de mes études supérieures, j’attendais que les gens m’invitent aux soirées et lors que c’était le cas, je faisais n’importe quoi pour qu’ils m’acceptent.
Ça se passait mal, je me sentais seul et je finissais par rentrer chez moi complètement bourré à 5h du matin. Je me mettais à composer et c’est là que je réussissais à écrire mes meilleurs morceaux. Je puisais mon inspiration de mon mal-être et de ces expériences douloureuses.

Quels sont tes projets en cours et pour le futur?

‘Alone’ et ‘Home’ qui sont les deux titres que j’ai choisis pour lancer mon projet sont sortis en janvier et février. L’idée c’est faire découvrir un morceau par mois afin que les gens puissent identifier clairement mon univers. Le prochain s’appelle ‘Shame’ et il devrait sortir en avril. Pour le reste, j’ai deux morceaux qui sont prêts et je travaille sur d’autres productions dont un cover du groupe This Wild Life ‘History’. J’essaie également de progresser en chant pour pouvoir faire des concerts par la suite afin de présenter mon travail en live parce que pour l’instant je ne fais que du studio.


A quoi ressemble l’univers de Quentin Renouf?

Tous les morceaux que je crée composent une partie de mon histoire personnelle et montrent le monde dans lequel je vis : un monde sincère, honnête, doux et rêveur. A travers mon univers, je veux montrer qui je suis. Le monde évolue, il change trop vite et pas de la manière que je souhaite. Aujourd’hui ce sont les réseaux sociaux et les médias qui contrôlent nos vies. Les gens sont devenus individualistes et préfèrent passer du temps chez eux sur leur ordinateur plutôt que de partager un moment entre ami(e)s. Personnellement, je fais parti des gens qui aspirent à un retour en arrière et qui souffre aujourd’hui de solitude car ‘pas dans le moule’. Je me suis donc créé un monde parallèle dans lequel je me sens bien. Je souhaite maintenant le partager à travers ma musique et de manière intimiste avec les gens que j’aime et ceux qui le souhaitent. Les notions de rassemblement et de partage sont très importantes pour moi afin que chacun puisse découvrir l’autre.

 Comment trouves tu l’inspiration? Qui sont tes références absolues en matière de musique? 

Mon inspiration vient principalement de la musique que j’écoute mais pas que…elle vient également d’un mélange de tout ce que j’aime : le sport, la mode, la photographie, le minimalisme, le cinéma, les voyages. Je la trouve aussi à travers les rencontres. Si vous remarquez, mes morceaux ne parlent pas toujours de moi ou des situations que j’ai vécues, ils racontent aussi la vie des autres. Pour moi, l’humain est l’essence même de l’inspiration. Mes références absolues en matière de musique sont ‘Josh Farro’ (ex-guitariste du groupe Paramore), le groupe ‘This Wild Life’ et des artistes telles que Fenne Lily et Rosie Carney.


Tu es quelqu’un qui a le sens du détail, est ce que la mode et le design ont une place importante chez toi?

Complètement ! J’aime le style et surtout ce qui sort de l’ordinaire. Les gens ne le voient peut-être pas mais l’organisation et la construction de mes réseaux sociaux est très réfléchie. Je passe beaucoup de temps sur Pinterest à faire des tableaux qui regroupent toutes les choses qui m’inspirent dans ma vie (le design architectural, la photographie, les fringues, le tatouage, le design graphique…) alors j’essaie de le montrer sur mon compte Instagram.

 Quels sont tes icônes en matière de style? Dirais-tu que la mode et la musique sont liées?

Des icônes peut-être pas mais deux personnes me viennent en tête. Elles influencent beaucoup mon style : Zac Farro (ex-batteur de Paramore et actuel leader de Halfnoise) et Hannah Snowdon (ex-girlfriend du chanteur de Bring Me The Horizon et owner du salon de tatouage ‘Black Stabbath’ à Sheffield en angleterre).Oui bien sûr, la mode et la musique sont deux arts complémentaires. L’un ne va pas sans l’autre : la musique c’est le produit et la mode c’est l’emballage.  Personnellement lorsque je découvre un projet musical, j’aime que l’aspect visuel soit bien mis en avant avec un style vestimentaire bien démarqué.



  













 Tu touches aussi énormément à la photo, c’est quelque chose que tu voudrais développer de manière professionnelle dans le futur?

La photographie est l’une de mes influences principales si ce n’est la première. Grâce à mon appareil photo, je capture un moment de vie unique que je peux revoir autant de fois que je le souhaite. C’est un vrai souvenir et ça m’accompagnera toute ma vie. Comme je ne suis pas encore assez bon photographe, je ne peux pas faire d’artworks de qualité pour mes morceaux. J’essaie à chaque nouveau morceau de mettre en avant le travail d’une artiste lorsqu’elle accepte de collaborer avec moi. Pour ‘Alone’ et ‘Home’ j’ai collaboré avec Justine Decroix qui est une photographe Rouennais et dont le travail est incroyable (photos ci-dessus). N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil ! Je souhaite vraiment développer cet aspect là dans le futur par moi-même pour que mes visuels subliment ma musique.



 Racontes nous une journée type lorsque tu composes un nouveau morceau?

Franchement je n’ai pas de journée ‘type’, ça peut aller très vite. Je me pose n’importe où quand l’inspiration me vient et je me mets à composer (sur mon lit, devant mon ordi quand je regarde un film…). Je fais tourner le riff que j’ai trouvé et après je cherche la structure. Ensuite, je crée des mélodies de voix en ajoutant des paroles et quand tout est prêt j’enregistre le morceau en studio.



 Combien de temps mets-tu pour composer et enregistrer un titre?

Les meilleurs morceaux que j’ai composés et enregistrés ont été faits en une nuit à peine !

 De quoi parle « HOME » un de tes morceaux? 

 L’année dernière j’étais à Paris et je suis tombé fou amoureux d’une fille qui ne voulait pas de moi. J’étais assez torturé et je souffrais beaucoup. Ma tête m’a permis de gérer mes émotions. C’est un peu ma maison intérieure, d’où le titre ‘Home’ en référence à la tête.


 Tu vis actuellement à Caen, est-ce une ville importante pour toi? 

Pas vraiment, je suis parti de Caen après mon lycée pour faire mes études supérieures et franchement j’ai connu mieux ailleurs. Je ne m’y sens pas chez moi et je me considère plutôt comme un ‘SDF’ parce que je bouge souvent plutôt qu’un Caennais. Je suis avant tout un citoyen du monde.


 Parles nous de ta vision de cette ville?

Je n’y vois aucune perspective d’avenir, c’est une ville assez fermée, pas très accueillante. Elle ne m’inspire pas trop.


Quelles sont tes autres activités de prédilection en dehors de la musique? 

Le cyclisme que j’ai pratiqué en compétition pendant 5 ans et que je pratique encore quotidiennement. Je suis aussi très friand des activités artistiques comme la mode, la photographie, le design, le cinéma …

Cites nous tes plus gros coups de coeur de ces derniers mois?

En fin d’année dernière, j’ai pu assister au premier concert en France de mon groupe préféré ‘This Wild Life’. C’était à Paris et j’étais entouré des gens qui comptent le plus pour moi, c’était incroyable. Je pense que l’on vit ça une fois dans sa vie.



 Pour finir quelles sont tes adresses fétiches à Caen?

Le Trappist, c’est un bar à bières hyper cool qui je recommande grandement. J’y vais souvent avec mon ami Pierre.

Que peut- on te souhaiter pour la suite? 

Que je puisse vivre de ma musique.




  
 Vous pouvez découvrir le travail de Quentin Renouf ici : 

*Instagram : instagram.com/quentinrenoufmusic
*Pinterest : pinterest.com/quentin_renouf
*Facebook : facebook.com/quentinrenoufmusic

*YouTube :
youtube.com/channel/UCbTBkhPQMHymEBvG04DjX6w